Forum JdR contemporain de magie, deux mondes, deux facettes du RP!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Destruction

Aller en bas 
AuteurMessage
Rynn Din

avatar

Messages : 10
Origine : la même que tous les Hériars...
Amour : de la destruction...

MessageSujet: Destruction   Mar 13 Juil - 15:53

- Voici donc le prochain lieu de massacre. dit Rynn, arrivant soudainement dans un tourbillon contenant une véritable armée de monstres et d'hommes prêts à tout détruire. Ils n'avaient eu qu'un semblant d'échauffement jusque là. Le hameau de Baulas n'était plus. La plus grand source de nourriture de Tsirojas Balzen avait été piétiné par l'armée de Rynn.
Les remparts de Tsirojas Balzen se dressaient devant eux. Le hurlement guerrier de l'armée se trouva complètement négligeable face à la détonation qui brisa des centaines de mètres du mur protégeant la cité. Rynn avait réussi son coup.
- Il est temps de vous repaitre de la chair de ces créatures corrompues par les mystiques !
L'assaut avait été donné. Des monstres furieux déboulèrent dans la cité, d'autres poupées anciennement mystiques créèrent de la place pour que les plus volumineux des monstres puissent déployer toute leur puissance. Hurlements de barbarie et de détresse. Courses de meurtre et de fuite.
Rynn se lança à la recherche de Zelgius. Il ne souhaitait plus qu'une chose ! Le tuer enfin !

(A chacun de raconter ses exploits de défense n'attendez pas une réponse de ma part systématiquement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya Natsume
Mystique confirmé
avatar

Messages : 84
Origine : Hokkaido officiellement
Amour : Aloriel
Age : 22 ans

MessageSujet: Re: Destruction   Mar 13 Juil - 21:24

Explosion retentissante. Une nouvelle fois, Maya se trouvait sur le terrain d'exercices, pour donner un cour à quelques élèves intéressés. Depuis la naissance de Len, elle buvait moins, afin d'être toujours sobre devant son fils. Son fils... C'était dur à admettre, mais elle aimait ce rôle de mère qui était désormais le sien. D'ailleurs, les premiers temps, ses élèves s'étaient demandés si c'était la même personne à laquelle ils s'adressaient. Elle était un peu moins sévère avec leurs erreurs, leur laissait un peu (mais vraiment un peu) plus de marge de manœuvre. Cela leur plaisait, et à elle aussi, tout le monde était content. Quelques secondes plus tôt, elle était en train de se battre avec James Fox, pour une séance d'entrainement. Lorsque la terre trembla, et que le fracas de l'explosion leur parvint, elle arrêta le jeu avec une "simple" attaque d'eau. Elle retomba au sol, grand écart, et main devant elle pour la stabilité.

Madame? Qu'est-ce que...
Tais toi! Ou au moins, ne m'appelle pas Madame...
C'était quoi ce bruit?
J'en sais rien, mais ça ne présage rien de bon. Ceux qui sont fatigués, rentrez en vitesse à la guilde. Ceux qui tiennent encore debout, suivez moi, et préparez vous à vous battre sérieusement. Wagner, va directement trouver Aloriel, et dis lui de veiller sur Len. Envoie nous en renfort tous les mystiques que tu croisera.


Ils obéirent sur le champ, sans poser plus de questions, ce qu'elle apprécia. Au moins, les deux hommes de sa vie seraient en sécurité, et elle pourrait se battre sans problème. Elle prit la tête de son groupe d'élèves et partit vers les remparts Nord. Heureusement qu'elle n'avait avec elle que des anciens, des durs à cuire. Elle ne se sentait pas d'envoyer les plus jeunes au front. Elle avait reconnu quelques essences, et savait que d'autres de ses élèves se dresseraient bientôt devant eux. La nouvelle génération était bien plus robuste et plus douée que l'ancienne, et elle pensait bien l'emporter sans difficultés. Arrivée à la hauteur des remparts, elle eut une surprise. Elle se stoppa net, et fut dépassée par ses disciples, pressés d'en découdre. Elle était sous le choc, et ne pensait qu'à une chose. L'identité de l'homme en noir à la tête de l'armée ennemie.

*Rynn Din... Non... Pas encore...*

Il lui avait déjà enlevé nombre de disciples, et elle refusait d'en perdre de nouveaux. Elle traça un cercle d'invocation au sol, et prit quelques secondes pour prononcer la formule.


Disciple de la glace éternelle, apparais aujourd'hui. Ramène toi c'est important!
En quel honneur cette fois?
La cité est attaquée, je ne peux pas tout faire toute seule en attendant les autres. Aides moi.
Il manque un truc non?
Celsius!
Maya!
... Ok... S'il te plait?
Ben voilà! Avoir un gosse te réussis!
Fais ton boulot...
Avec plaisir.


Elle laissa Celsius vaquer, et se concentra sur Rynn Din. Elle fonça droit sur lui, sans se préoccuper du reste. Quelques monstres essayent de lui barrer la route. Pas longtemps. Une lame d'eau et deux stalagmites de glace plus tard, ils n'étaient plus, et la voie était libre. Elle ralentit le pas lorsqu'elle se rapprocha de Rynn. Elle s'arrêta à quelques mètres de lui.

Tu ne devrais pas être ici. Ce sera ta dernière erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Natsume-Eliandor

avatar

Messages : 15
Origine : Tsirojas Balzen
Amour : La Liberté
Age : On pourrait croire à 25 ans...

MessageSujet: Re: Destruction   Mar 13 Juil - 22:41

Et donc, afin de réussir votre invocation parfaitement, rigueur, concentration et entrainement seront de mise. Vous ne devrez pas vous intéresser à autre chose tant que votre formation ne sera achevée. Et... Ou est-il?!

Alors qu'il se retournait, le maitre d'études découvrit que son élève particulier a disparu. Sans s'alarmer, il fit prévenir le père. Après tout, ce n'était pas comme si c'était la première fois. Dès qu'une leçon dure plus d'une demi-heure, le garçon se débrouillait pour sécher les cours, et partir faire des siennes n'importe où. Personne n'aurait pu croire que cet enfant prodige, ce petit génie de la magie, n'avait que quelques semaines. Il donnait l'impression d'avoir une dizaine d'années. Sa croissance physique avait été rapide, très rapide. Mais pas plus que la rapidité avec laquelle son intellect avait mûri. Il tenait une conversation avec un adulte sans problème, et était même plus doué que certains. Un véritable prodige.

Mais ce petit prodige, si doué soit-il, ne supportait aucunement l'autorité et ne rêvait que d'une seule chose, être libre et faire uniquement ce qu'il lui plaisait. Aussi, c'est dans ce but qu'il avait quitté la salle de classe sans que son maître ne s'en aperçoive. Il était passé par la fenêtre, et c'était réceptionné un étage plus bas, sur les remparts qui entouraient Tsirojas Balzen. En courant silencieusement, il s'était éloigné un maximum de sa tour d'ivoire. Il ne supportait vraiment plus de devoir obéir, rester sage, écouter des leçons qui de toutes façons ne lui étaient d'aucune utilité. Il voulait être libre de dormir quand bon lui semblait, lire s'il en avait envie, se battre si tel était son désir. Il ne s'était encore jamais battu, à cause de l'interdiction formelle de Zelgius de le laisser rejoindre le terrain d'entrainement.

Zelgius... Il haïssait cet homme. Il ne lui avait rien fait de particulier. Mais à cause de lui, il était placé sous la surveillance d'un vieillard croupissant. Il n'avait jamais vu l'extérieur, du moins, pas dans son bon droit. Jamais il n'avait eu le temps de faire plus d'une quinzaine de mètres avant d'être rattrapé par des mystiques à la botte du directeur. Mais cette fois, il sentait que ce serait différent. Pourquoi, aucune idée. Mais il était persuadé qu'il pourrait enfin voir du monde, voir le monde. Aussi, il affichait un franc sourire alors qu'il courait librement le long des remparts. Il se sentait libre, et aimait cette sensation. Il s'arrêta pour admirer les montagnes Yahmas. Cette blancheur l'attirait.

Il manqua de tomber de la muraille lorsque la Terre trembla. Il ne se rattrapa aux créneaux qu'au dernier moment. Quelque chose venait d'éventrer le versant Nord de la muraille. Il s'y précipita sans perdre de temps. Une grande armée s'introduisait dans la ville. Mais étrangement, cela ne semblait rien lui faire. Il se moquait de savoir que la guilde allait disparaitre. Au contraire. Si la guilde n'était plus, sans doutes qu'il n'y aurait plus personne pour l'empêcher d'être libre. L'empêcher d'être lui même. Il vit un homme, celui qui guidait les troupes envahissantes. Il était très visible, et il ne le manqua pas lorsqu'il s'éloigna de la brèche. Il ne le manqua pas non plus, lorsqu'il se fit aborder par sa mère... Encore elle...

Tu ne devrais pas être ici. Ce sera ta dernière erreur.

Elle défendait la cité... Normal pour un professeur de Zelgius. Ainsi donc cet homme était un ennemi. Mais quelque chose en Len était attiré par cet étranger. Une sorte de magnétisme auquel il ne pouvait se soustraire. Cet étranger lui était familier, il avait confiance en lui. C'est ce qui le fit sortir de sa retraite, et s'approcher de lui. Il savait que s'il se montrait, sa mère ferait tout pour le mettre "en sécurité" et qu'il serait dur de ne pas se plier à ses exigences. Mais peu lui importait. Il sentait que cet homme allait pouvoir l'aider à obtenir ce qu'il voulait, être libre.

Il était à découvert, et sa mère l'avait vu à présent. Elle hurlait des ordres, qu'il n'écoutait pas. Il se mit entre elle et l'étranger. Il se tourna vers l'homme en noir.

C'est vous qui êtes à la tête de tout ce cirque n'est-ce pas? Dans quel intérêt détruisez-vous cette cité? Et qui êtes-vous?

Il était curieux oui, mais pas méfiant. Il avait posé sa question sans animosité, avec une innocence d'enfant. Un bruit attira son attention. Quelque chose quelque part l'appelait. Personne ne semblait le remarquer. Pourtant, cet appel se faisait pressant. Il entendit les explications de l'inconnu, puis de sa mère. Elle lui ordonnait de nouveau de s'éloigner de l'autre. Rynn qu'elle l'appelait. Très bien. Ce n'était pas lui qui l'intéressait. Il semblait trop accaparé par sa mère. Pfeu, encore un naze qui ne voyait que le côté aguicheur de sa mère. Il allait se faire décapiter avant d'avoir le temps de voir qu'il ne s'agissait pas d'une professionnelle mais d'une femme "normale" qui ne se vendait pas au premier venu. Cet appel était plus captivant que le micro combat qui se tiendrait bientôt.

Il quitta le tête à tête, et chercha à s'élever. Il lui fallait trouver l'origine de l'appel. Il se fit de nouveau entendre, de plus en plus pressant. Il ne distinguait aucune parole précise, mais sentait qu'il était attendu quelque part. Il entreprit d'escalader la muraille. Arrivé en haut, il dominait le massacre. Il se rendit compte de l'étendue des dégâts. Encore une fois, cela ne lui fit rien. Il leva la tête. Rien. Alors il scruta la cité, cherchant d'où pouvait provenir l'appel. Il ne le trouvait pas. Pourtant, il sentait qu'il n'était plus bien loin.

*Je suis là!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azael Maldir
Hériar
avatar

Messages : 24
Origine : Inconnu
Amour : Possible...
Age : Non défini

MessageSujet: Re: Destruction   Mer 14 Juil - 0:36

Assis tranquillement sur Himmel, Azael regardait les dégâts que provoquait Rynn. Il sourit. Oui, Rynn était ainsi, quand il s'agissait de détruire, on pouvait compter sur lui. Azael n'était pas dupe non plus, le fait qu'il ait redonné les souvenirs à Zelgius allait pencher sérieusement pour eux, ainsi que Tsirojas. Mais son but premier n'était pas de détruire la cité. Il regarda en bas et vit le mystique a qui il avait confié son tout nouveau rituel. Apparemment, aux vues de son état physique, il l'avait fait... il était suivi d'hommes des bas quartiers. Azael sourit. Oui, Zelgius allait avoir du fil à retordre, avec toutes les menaces sur lui. Mais qu'importe, il savait que son cher petit frère allait s'en sortir.

Malgré l'apparence insouciante d'Azael face au massacre sous lui, il sentit un être particulier venir vers lui. Serait-il attiré par son magnétisme ? Son aura, qui cherchait avant tout une certaine chose... ce garçon le sentait-il ? Cet appel qu'il lançait, sans arrêt, envers l'unique personne vers qui il se tournait et qui retentissait sans cesse malgré le fait qu'elle ne soit pas là ? Un appel télépathique "je suis là" retentit dans sa tête. Ce garçon...

Azael ordonna à Himmel de descendre. Alors qu'il arrivait à l'endroit où se tenait le garçon, il vit un homme qui se jetait sur le petit être, avec l'intention de le faire descendre. Azael tendit le bras et sourit. Une brève concentration et l'homme fut expulsé avec une vitesse épouvantable vers le mur le plus proche. Son crane s'écrasa en un bruit sinistre contre le mur, iul s'effondra tout en bas, facilement 5 mètre plus bas. Azael avait déjà porté son attention sur l'enfant et le regarda droit dans les yeux. Quel être intéressant...

- Len... c'est ça ? Je suis Azael. Veux-tu venir avec moi ?

L'hériar sourit et tendit la main. Il fut grandement surpris et pourtant... "heureux" que la petite main saisisse la sienne. Il l'attira devant lui, sur Himmel qui ne broncha pas.

- N'ais pas peur du dragon et éloignons nous. Rynn va encore faire de sacré dégâts et même si moi je ne le crains pas, je ne peux pas en dire autant de toi...

S'ensuivit une brève impulsion et Azael quitta le terrain de combat, tenant Len contre lui. Son regard se posa sur Aloriel en bas, sur le terrain où se déroulait une grande bataille pour l'histoire de Tsirojas Balzen et un sourire sans joie naquit sur ses lèvres. L'homme vit qu'il emmenait son fils, mais qu'il ne pouvait rien faire. Qu'importe... à partir de maintenant... Len sera à lui. Azael siffla et Himmel s'éloigna du champ de combat et de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Len Natsume-Eliandor

avatar

Messages : 15
Origine : Tsirojas Balzen
Amour : La Liberté
Age : On pourrait croire à 25 ans...

MessageSujet: Re: Destruction   Mer 14 Juil - 12:39

Elle se rapprochait. La source de l'appel se rapprochait. Il ne voyait rien dans la ville, mais il sentait que ce qui l'avait attiré ici arrivait, et qu'il avait bien fait de venir. Oui, il pressentait que son destin allait changer, et que ce changement viendrait du ciel. Il n'aurait pas du se déconcentrer pour autant. Quelqu'un venait vers lui. Quelqu'un d'effrayant. Un homme, qu'il ne connaissait pas. Cet homme lui voulait du mal. Il était habillé en haillons, et semblait avoir perdu sa conscience. Le médaillon que Len portait autour du cou, qui l'identifiait comme étant un mystique, semblait fasciner l'inconnu. Jusqu'à ce qu'un éclair de rage traverse son visage, et qu'il se jette sur lui, épée à la main. Dans un réflexe de survie, le garçon invoqua une armure, qui vint se mettre sur lui parfaitement, alors qu'une épée apparaissait dans sa main gauche. Son premier combat. Après cela, on ne l'obligerait plus jamais à rester enfermé "pour sa sécurité". Il rassemblait son courage, à mesure que l'homme s'approchait de lui.

Il n'eut cependant pas le loisir de se servir de ses invocations. En un battement de cil, l'homme fut écrasé contre la muraille. Le craquement funèbre qui s'échappa de son cadavre fit frémir Len. C'était effrayant. S'il n'avait pas peur du sang, c'était la première fois qu'il voyait quelqu'un mourir. Mais il n'était pas effrayé par la mort. Il était effrayé, oui, parce qu'il n'avait pas vu d'où était venue l'attaque salvatrice, et qu'il se rendait compte qu'à un mètre près, c'était lui qui s'écrasait au bas du mur. Il s'approcha du bord, pour regarder ce qu'il se passait du côté des habitants. Son regard croisa celui de son père. Il l'entendit l'appeler. Pourquoi cet air effrayé dans son regard? Il n'avait jamais peur de rien lui, le chasseur de prime reconverti. Il le laissa monter. Quelque chose de plus important l'intéressait à présent.

Un énorme dragon noir venait de se poser sur les remparts. Il eut un mouvement de recul, qui ne lui prit qu'un instant. Les puissantes pattes du dragon, ses ailes repliées, ses yeux perçants, ses muscles saillants, tout en lui transpirait de pouvoir. Il était fascinant. Il ne lui faisait pas peur, il l'attirait. Dans ses écailles brillantes, il pouvait voir son reflet. Il avait fière allure dans son armure de chevalier, emprunté pour l'occasion à l'armurerie de la guilde. Il décrocha un sourire, et le tableau était parfait. Son regard se porta alors sur la personne qui lui parla.

- Len... c'est ça ? Je suis Azael. Veux-tu venir avec moi ?

Azael... Un peu plus grand que son père -ou bien était-ce du au fait qu'il chevauchait un dragon?- il dégageait une puissance sans limite, une confiance en lui tout aussi illimitée. Ses longs cheveux violets lui encadraient le visage et ajoutaient de l'authenticité à la scène, faisant de lui un héros moyenâgeux sans peurs et sans âge. De ses yeux émanaient une grande sagesse, sans doute innée. Lui aussi était très attirant. Pas au sens physique du terme -du moins, pas uniquement, et pas pour un garçon de son âge. Le magnétisme qu'il avait ressenti auprès de Rynn, ce n'était rien comparé à celui qui provenait du dragonnier. Il savait que l'appel qu'il entendait depuis le début venait de lui. C'était lui qu'il cherchait depuis le début. Sans prendre le temps d'hésiter, il hocha la tête et avança vers le grand dragon et son maître. Il attrapa la main tendue, et son armure disparu au moment où il enfourchait lui aussi le dragon. Il sursauta lorsqu'il sentit le dragon bouger sous lui.

- N'ai pas peur du dragon et éloignons nous. Rynn va encore faire de sacré dégâts et même si moi je ne le crains pas, je ne peux pas en dire autant de toi...
- Je... Je n'ai pas peur!

Cela pouvait sembler très brave ou très bête, mais c'était vrai. Cela ne l'empêcha pas de s'accrocher fortement au cou de la créature lorsque celle-ci prit son envol. Cela lui permit d'apercevoir son père, resté sur les remparts. Jamais il ne l'avait autant vu en une même journée. Pourtant, il déchiffra aisément l'expression de terreur, de souffrance et d'impuissance qu'il lut sur son visage. Il ne comprenait pas pourquoi son sort lui importait autant d'un coup. Au cours des deux semaines de sa vie, Len n'avait vu son père que quelques rares fois. Le jour de sa naissance bien sûr, une semaine après, alors qu'il venait lui donner un cours sur la magie, deux jours plus tard encore, alors qu'ils passaient un dimanche en famille, et ce jour. Pourquoi sa disparition lui importait-elle? Ils n'avaient pas tant de liens que ça, il oublierait facilement. Innocemment, il adressa un "au revoir" silencieux à son père. Il était certain que le message serait passé.

Le dragon prit de l'altitude, et Aloriel ne fut plus qu'un point parmi tant d'autres. Du coin de l'œil, il vit sa mère, toujours près de Rynn Din. Elle n'en avait toujours pas terminé? Dans ce cas, Azael avait dit vrai, il ne craignait rien. S'il avait été dangereux ou puissant, sa mère n'aurait pas toléré qu'il reste en vie, par pure fierté d'être l'une des plus puissantes en ville. Il aperçu aussi Zelgius, qui regardait la scène depuis sa place. Ah, il devait l'avoir mauvaise pour faire une tête pareille! Sa ville, sa guilde, ses mystiques, tout était en train de tomber en ruine, et il ne pouvait rien y faire. Si, il pouvait essayer d'arrêter Rynn, mais il serait trop tard, et les dégâts seraient importants. Et rien, rien de tout cela n'affectait Len. Parce qu'il était persuadé qu'une fois avec Azael, sa vie allait changer. S'il doutait fort qu'il soit obligé de rester dans une salle stérile et pleine d'ammoniac pour apprendre la magie théorique, il était certain que jamais plus il ne serait contraint à regarder des images holographiques pour voir la vraie magie. Il était né pour partir avec Azael, c'était certain.

Il se redressa sur le dos du dragon, et sa tête vint se loger sur le torse du grand mystique. Il regardait au loin et se sentait libre, pour la première fois de sa vie. Le vent jouait avec ses cheveux, les agitant doucement dans tous les sens. Autour de lui, il n'y avait que le vide, cet espace si plaisant. Où qu'il regardait, il pouvait voir aussi loin que lui permettaient ses yeux d'enfant, sans qu'aucun mur ne puisse les entraver. Il se sentit entier, capable de tout, le roi du monde. Il prit plaisir à regarder les grandes ailes tendues du dragon, qui vibraient à mesure qu'il accélérait. Chaque détail du paysage qui défilait sous lui était un réel bonheur à observer. Sa témérité prit le dessus et il étendit les bras, de façon à sentir chaque petit courant d'air qui lui arrivait. Son T-shirt volant au vent, et le claquement du tissus de son short lui firent un plaisir immense. Il leva la tête, afin de voir le visage d'Azael.

- Je vous remercie. De me sortir de cette ville, dans laquelle je n'avais pas ma place.

Il reporta son attention sur le grand dragon. Quelle chance il avait de se trouver là... De tous temps, les hommes ont craint les dragons, parce qu'ils étaient trop puissants pour être soumis à leur volonté. Indomptables et sans pitié, ils étaient réputés pour être des gardiens pour les trésors les plus rutilants. Ils devaient y trouver leur compte, car chaque trésor qui leur était confié restait accessible pour son propriétaire, et uniquement pour lui. Qu'avait promit Azael pour que cette créature mythique s'associe à lui? De quoi un dragon pouvait-il avoir envie? L'avait-il contraint par la force? Si c'était le cas, alors il devait disposer d'une puissance sans fin, plus importante encore que celle d'un dragon. Et c'était lui, cet être capable d'imposer sa volonté à un dragon, qui était venu le chercher, qui s'intéressait à lui. Cette pensée lui inspira une grande fierté, et il ne put réprimer un sourire. Sa nouvelle vie, non, sa vie commençait à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rynn Din

avatar

Messages : 10
Origine : la même que tous les Hériars...
Amour : de la destruction...

MessageSujet: Re: Destruction   Mer 14 Juil - 17:01

Rynn n'avait plus qu'un seul but maintenant qu'il était entré. Pour l'accomplir, il lui fallait attirer Zelgius vers lui dans un premier temps. Pourtant, en voyant Maya s'approcher de lui à toute vitesse, il se ressaisit de son désir égoïste et retrouva son "sens du devoir" pour ainsi dire. Le temps qu'elle s'approche d'elle, il prononça une incantation et il présenta son épaule droite et son pied droit face à Maya. Sa main gauche, cachée derrière lui se mit à luire.

Tu ne devrais pas être ici. Ce sera ta
dernière erreur.

Rynn éclata de rire. Un bruit qu'on entendait malgré la guerre.
Tu te trompes. C'est toi qui est dans l'erreur, mais ne t'inquiète pas. Je vais y remédier.
Un sourire grimpa sur son visage ombragé, puis son regard se déporta intuitivement sur le garçon qui approchait. Maya paniqua dans une foule d'ordres à son encontre. Lui, observait bien calmement le résultat de sa croissance exagérée.
C'est une réussite. pensa-t-il.
Len s'approcha entre les deux. Rynn pencha la tête en attente de ce qu'il avait à dire.

C'est vous qui êtes à la tête de tout ce
cirque n'est-ce pas? Dans quel intérêt détruisez-vous cette cité? Et qui
êtes-vous?

Quel cran.
Mon garçon... tu devrais t'éloigner comme ta mère te le demande.

Enfin Maya et Rynn se retrouvaient face à face.
Tu crois te connaitre ? Et les raisons de ta puissance ? Tu es comme moi. Tu fais partie des hériars. Laisse moi te le montrer.
Rynn bondit vers Maya, sa main gauche dorée en avant, une petite rixe eut lieu mais Rynn parvint tout de même à poser sa main sur le visage de Maya.
Souviens-toi !!

Ainsi Maya hurla, se souvenant de ses précédentes vies de hériar, ses autres incarnations. Sa vie était un mensonge. Son corps n'était pas apte à contenir un tel choc, et elle mourut.
Rynn soupira, et enjamba le cadavre. Il leva les bras, et se souleva dans les airs grâce à sa psynergie. Il n'avait plus qu'un seul soucis à présent. Len s'en allait avec Azael, les monstres continuaient de ravager la cité et près d'un tiers de Tsirojas Balzen était en feu, et entre les débris gisaient des corps inertes. Zelgius était évidemment là, à combattre les créatures. Rynn serra les dents. L'hériar de la guilde éventrée était plein de ressources. Un cercle de mort flottait autour de lui en plein milieu de son armée. Rynn fila à toute allure vers lui, et se posa sur le toit d'une tourelle encore intacte. Il souleva haut sa main droite, et on vit une lance bleue translucide apparaitre. Il la projeta de toutes ses forces sur Zelgius. L'essence de l'air, forgée par Rynn allait transpercer son coeur pour son plus grand bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo Tis'ril

avatar

Messages : 53
Origine : Londres
Amour : heum...
Age : 19

MessageSujet: Re: Destruction   Mer 14 Juil - 18:54

Théo s'entrainait de son côté, alors que Zelgius était parti sans véritablement prévenir. Il soupira et se concentra de nouveau. IL allait lancer un nouveau sort de sa psynergie quand l'air se troubla fortement. Ce fut quelques secondes plus tard que les remparts nords de la ville explosèrent. Théo cria brièvement, sous l'explosion, puis se dépêcha d'arriver sur les lieux de l'explosion. Là, il vit des hordes de monstres et d'hommes attaquer la guilde. La colère le prit mais il se calma et chercha Sonya ainsi que Zelgius. Ils devaient très certainement être là.

Il couru, expulsant les monstres au fur et à mesure qu'ils s'intéressaient à lui, et arriva à l'endroit où Zelgius était et combattait. Théo couru vers lui et sentit l'air autour de lui vibrer. Il frisonna, la puissance était terrible. Zelgius ne semblait pas le sentir. Pourtant, quand Théo leva les yeux, il vit l'essence de l'air se matérialiser et prendre la forme d'une lance, fonçant sur Zelgius. S'il suivait sa trajectoire, Théo voyait que Zelgius allait être transpercé de plein fouet...

- NON !


Il s'entoura d'air et se concentra. Plus rien n'existait autour de lui, seule l'essence de l'air, du moins non contrôlé par Rynn, existait à ses yeux. Des multiples possibilités existaient, mais sa réserve d'énergie diminuait terriblement, rapidement. Théo se concentra d'avantage et la lance de Rynn ralentit avant de ne plus bouger du tout. Théo leva la main vers elle puis elle se désintégra avant d'arriver dans la main de Théo sous la forme d'une boule d'essence, calme, avant de disparaître.

- Zelgius... en haut...

Le garçon, au bout de ses forces, tomba au sol, le souffle haché mais fier de lui. L'essence avait préféré lui obéir plutôt qu'à l'homme qui se trouvait en haut des remparts. Il sourit, inconcient du danger autour de lui. Malgré tout, le vent qui l'entourait à ce moment là était plutôt fort et intimidait les monstres qui pourraient trouver en Théo une victime simple à dévorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonya Auriel/Isil Abrahel
+Vampire+
avatar

Messages : 124
Origine : Montagnes Yahmas / Inconnu
Amour : - / -
Age : 21 ans / 32 ans ?

MessageSujet: Re: Destruction   Mer 14 Juil - 19:26

Non...Pas possible je refuse d'y croire! Pas...

Sous ses yeux, son amour venait de rendre l'ame... Celui qu'elle aimait n'était plus, tué par un mystique alors qu'il essayait de lui retirer son sceau. Heureusement, il avait atteint son objectif, et la puissance de Sonya était libre désormais. Seulement, cela ne lui servait à rien. Dans un éclat de fureur, elle venait d'arracher la tête au mystique, après l'avoir vidé de son sang. Ce fut son réconfort. Cela allait toujours mieux après qu'elle ait bu quelques litres de sang. Elle tomba à genoux, auprès du corps de son amant. Les larmes coulaient sur ses joues si blanches. Son monde venait de s'écrouler. Plus rien ne comptait, car Kisaragi n'était plus. Comment pourrait elle survivre?

Il lui fallut plusieurs minutes pour réussir à reprendre le dessus. Un immense pouvoir coula en elle. Sa véritable puissance, enfin éveillée. Le sceau venait de se lever totalement. L'odeur du sang arriva jusqu'à ses narines, et plus rien d'autre ne compta. Elle mit le corps de l'elfe en sécurité, avec un détours rapide dans leur chambre de la guilde. Sur son torse, elle déposa son rosaire, et le collier qui allait avec. Il n'était plus nécessaire qu'elle se bride, puisque son unique attache au monde normal venait de disparaitre. Théo comprendrait, et Zelgius... Cela ne changeait rien pour Zelgius, elle serait toujours aussi efficace en mission, même plus. Aucune importance de toutes façons...

De retour dans les rues de Tsirojas Balzen, une lueur sadique brillait dans ses yeux. Un mystique corrompu s'approcha d'elle. Elle le connaissait, il était à la guilde avant les disparitions massives. Ils avaient échangé quelques mots avant qu'il ne disparaisse. Encore un lien à trancher. Elle psalmodia des paroles, rapidement. A mesure que sa prière morbide avançait, une orbe noire se créait au dessus de sa main droite. Il n'y aurait aucune échappatoire pour les humains et les monstres qui avaient osé profaner la cité. En une fraction de seconde, elle enfonça le rituel éclipse dans la cage thoracique de son adversaire. Elle en profita pour lui planter ses crocs dans la carotide, et lui sucer le sang. Le cadavre retomba sur le sol, complètement sec.

Hum... Encore... Encore plus...

Elle prit la route, et tua systématiquement chaque être vivant sur sa route. Tous n'étaient pas des ennemis, Zelgius lui en tiendrait certainement rigueur, mais cela n'était qu'un détail. Plus rien ne comptait, puisque le monde venait de s'effondrer. Du sang coulait de ses lèvres, et elle n'était toujours pas rassasiée, lorsqu'elle se retrouva près du corps de Maya Natsume. L'envie était grande. Très grande. Elle se penchait sur elle, lorsqu'une odeur familière attira son attention. Théo. Rha... Impossible d'exécuter la directrice d'Osaka devant lui, sinon il en ferait certainement tout un drame. Il était effondré, et l'essence de l'air se condensait autour de son corps. Quelques monstres commençaient à s'approcher de lui. Trois. Trois rituels plus tard, les monstres s'effondraient, et laissaient tranquille le garçon sans défense. Elle le souleva par la taille, et l'éloigna de la zone de combat. Il ouvrit un oeil, alors qu'elle le déposait sur son lit, encore épargné par les conflits. Elle fit en sorte qu'il se rendorme, et quitta la guilde. Le dehors grouillait encore de personnes bien en chair qui ne demandaient qu'à se faire vider de leur sang...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmodée Zelgius
Fondateur de TB
avatar

Messages : 265
Origine : Paris
Amour : Zéro, plutôt amitié :-)
Age : Euh... 30 ?

MessageSujet: Re: Destruction   Jeu 15 Juil - 1:00

Zelgius grimpa sur un pont de pierre qu'il avait dressé depuis le trou créé dans la salle de classe. Il faisait le point sur la situation tandis qu'il constatait de son haut point d'observation la disposition du désastre en cours.
Cette armée comporte majoritairement des monstres brutaux et leur taille s'arrange autour de 2 ou 3 mètres. La
présence massive de ceux-là expliquait leur absence sur les montagnes Yahmas. On y trouvait quelques redoutables minotaures et d'anciens mystiques corrompus par les rituels d'Azael et Rynn. De son côté, il devait veiller sur le fils malade de Maya, et il n'avait qu'une demi douzaine de mystiques à sa disposition. Il vit que Kisaragi partait déjà se battre, et rejoindre Sonya déjà tout près du champ de bataille.
La percée de l'armée adverse recouvrait près d'un quart de la cité déjà. Zelgius se décida à contre-attaquer. Il avait retrouvé sa forme d'antan, et utiliser ses psynergies ne l'effrayait plus. Il sentait même la présence des essences du feu et de la terre, toutes prêtes à lui obéir. Zelgius bondit pour atterrir à l'entrée de la guilde. Il ordonna à ses employés de coordonner la fuite des habitants vers les refuges souterrains de la bâtisse des mystiques. Il fila à toute allure vers le combat en cours.
Une fois qu'il jugea que les troupes en face de lui étaient à sa portée, il ramassa une pierre sur le sol et la jeta vers
eux. Il écarta les mains et les bras soudainement, et la pierre en éclatant donna naissance à des lances qui transpercèrent les bêtes.
Un mystique déboula derrière l'un des plus imposants monstres qui venait de s'effondrer sur ses 4 pattes. Il hurla quelques phrases à toute vitesse et Zelgius se prit de plein fouet une onde de choc qui le projeta plusieurs mètres plus loin. S'il n'avait eu pour réaction que de se rendre invulnérable grâce à l'activation de son pouvoir physique, c'était parce qu'il voyait pour la première fois l'une de ces poupées-mystiques possédant le visage de ses anciens disciples. Il se releva tranquillement, seuls ses vêtements avaient souffert de cet instant. En effet, sa corpulence ayant pratiquement doublé avait provoqué l'éclatement des coutures de sa chemise et son pull ainsi que son pantalon de coton avaient souffert de son petit voyage à travers les bâtisses. Il ne dit rien en se relevant, mais son regard se durcit. Ces monstres, ces mystiques, voulaient détruire la cité de Tsirojas Balzen. Son devoir primait, ainsi il fit abstraction de ses réticences à tuer. Il fila à toute allure vers le mystique qui balança, haletant, une boule de feu. Les yeux de Zelgius tournèrent rouges et la boule dévia sur sa gauche pour s'abattre sur un mur encore intact. Arrivé suite à ça à la hauteur du mystique, il décocha un crochet qui brisa la nuque du mystique. Il s'ensuivit un massacre aux poings et pieds. Zelgius aperçut finalement Théo qui le rejoignait. Il ne souhaitait pas qu'il prenne part au combat mais il n'avait pas un instant de répit car il était devenu la cible des monstres les plus téméraires. Théo hurla à son encontre, et il se retourna, sur cette lance qui se soumettait à la maitrise de son disciple. Sa vie, sauvée par son élève. Un instant, la fierté d'entrainer ce garçon l'avait empli d'une douce chaleur. Pourtant les sueurs froides naissaient déjà sur ses tempes. Rynn était ici. Prêt à le tuer.
"Oh non..."
Le hériar était au désavantage à présent. Théo allait être dévoré s'il restait combattre à cette place. Son regard se porta sur une silhouette approchant, Sonya. Il était soulagé, il allait pouvoir contenir Rynn un moment encore. Son bras trembla et la tour sur laquelle se tenait Rynn s'effondra.
"A terre, Rynn." dit-il d'un ton hautain à son encontre une fois qu'il atterrit.
"Zelgius..." répondit-il d'un ton haineux. Jamais Zelgius n'avait été témoin de tant de haine, jamais il n'avait rencontré quelqu'un de pire que Rynn Din. Ce dernier déploya alors tous ses sentiments en psynergies élémentaires invoquées dans l'unique but de détruire Zelgius. La cible se déplaça alors, et exécutait les gestes et les sorts qui lui demandaient le moins d'énergie pour passer au travers des attaques de Rynn. Cela n'était pas sans effort pour autant bien sûr, un homme normal n'arriverait pas à suivre leurs mouvements. Mais ceci est un duel entre deux hériars. Le rituel de neurologie permettait à Zelgius d'avoir l'avantage dans cet échange, il était plus réactif et lançait ses attaques bien plus vite que son adversaire.
Ce combat dura une bonne dizaine de minutes encore, avant que Zelgius ne réalise que le fléau qui envahissait la cité s'étendait à chaque seconde qui passait.
- Eh bien, c'est quoi ces attaques dignes d'une mouche ?! Montre-moi ce que tu as dans le ventre !
- Il suffisait de demander.
Il y repenserait plus tard, mais toute cette énergie qui coulait en lui en ce moment lui avait terriblement manqué. Retrouver sa puissance, son pouvoir, était d'un plaisir sans limite. Il ne pouvait cependant se soumettre à cette drogue exquise.
Zelgius leva sa main droite dans les airs, pointant son index au ciel, ses yeux portaient deux couleurs. Un cercle rouge entourait un vert et une épée de près de dix mètres de long, brune et pleines d'arabesques sur la lame, était toute prête à s'abattre sur son ennemi.
- Ragnarok !
L'épée fendit l'espace pour rencontrer la résistance des essences maitrisées par Rynn. La terre et le feu de Zelgius luttaient contre l'eau et l'air de Rynn. L'épée créa une brèche dans sa défense puis explosa aussitôt. Le souffle balaya le terrain autour d'eux. Les deux mystiques filèrent dans deux directions opposées. Zelgius ferma les yeux, et disparut de la surface, laissant Rynn furieux et sonné.

_________________
Je suis un gentil Admin voyons, n'ai pas peur Invité... Il n'y a pas de raison... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theleme.forumactif.com
Luce Tis'ril
Disciple mystique
avatar

Messages : 68
Origine : Londres
Amour : Aska l'avait attrapé mon coeur... avant qu'ils ne disparaissent, ensemble
Age : 19

MessageSujet: Re: Destruction   Jeu 15 Juil - 21:17

Plus les jours passaient et plus la haine qu'il ressentait envers le directeur se faisait de plus en plus puissante. Luce gardait toujours dans sa poche le parchemin où avait été noté le rituel qu'il avait trouvé un jour alors qu'il se baladait dans les bas quartier. Ce rituel avait disparu à sa lecture et il le connaissait à présent par coeur. Il lui suffisait de le faire.

Ne se doutant pas que la cité se ferait bientôt attaquer, Luce s'installa auprès des hommes qui lui faisaient confiance, et qui haïssaient aussi les mystiques. Il sortit le parchemin quasiment vierge, il ne restait marqué que "haine absolue" dessus. Il était tant. Luce se concentra, et murmura les paroles du rituel. Progressivement, il sentait ses psynergies le quitter ainsi que son amour pour Aska, sa joie, tout ce qui était bon. Le rituel provoquait beaucoup d'énergie mais au même moment, une explosion se fit aux remparts nords. Mais rien n'arrêtait Luce, l'énergie entrait en lui alors qu'il hurlait. L'essence même du feu crépitait en lui, usant de son énergie pour tisser des liens quasiment indestructible, et lui offrir toute sa puissance sous la force du rituel. Luce était loin de se douter que plus loin, Azael sourit, fier de lui.

Quand il rouvrit les yeux, Luce sentait une nouvelle puissance envahir son être. Une puissance brûlante, invincible, indestructible, grisante. Luce ricana, effrayant les hommes qu'il avait rassemblé autour de lui. Oui, rien n'avait d'importance, sauf le pouvoir qui l'emplissait et parcourait ses veines. Luce sentait sa santé avoir grandement faiblit, son espérance de vie avoir diminué, mais à côté, on lui avait donné l'occasion de se venger de Zelgius.

- Mes amis... la cité est assiégée... je pense que notre chance d'être enfin libre, ne dépendant pas de ces maudits mystiques et de Zelgius Asmodée est enfin arrivée ! Nous pouvons enfin prendre notre liberté, venez !

Après des exclamations de joies de ses compagnons, Luce sortit de sa cachette, avec les autres. Il était trop épuisé pour faire quoi que ce soit, malgré tout, quand des monstres voulaient les attaquer, il les crama sans aucune difficultés. Un sourire épanoui se profila sur ses lèvres et il vit de loin son frère sauver Zelgius. Bien, c'était à lui de le tuer, et personne d'autre. Il avança rapidement et percuta Aloriel. Hmm...

- Aloriel.... ici nos chemins se séparent... restes près de Zelgius si ça te chante, je ne resterai pas une minute de plus près de l'homme qui a tué la seule personne qui faisait battre mon coeur. Quoique à présent, je ne sache exactement ce que cela veut dire...

Un sourire mauvais déforma les lèvres de Luce.

- C'est fini... mais tu peux venir si tu veux... réfléchis bien... je peux t'offrir une place privilégiée...

Luce profita du désarrois de l'homme pour l'embrasser de force et il ricana avant de partir. Luce Tis'ril n'existait plus. Il alla droit devant lui, accompagné de ses hommes qu'il avait prit la peine d'entraîner d'arrache pied au combat. Il ne le savait pas encore, mais l'appel qu'il suivait était celui d'Azael, le puissant hériar n'allait pas lâcher son expérience de sitôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonya Auriel/Isil Abrahel
+Vampire+
avatar

Messages : 124
Origine : Montagnes Yahmas / Inconnu
Amour : - / -
Age : 21 ans / 32 ans ?

MessageSujet: Re: Destruction   Ven 16 Juil - 15:36

Théo était à l'abri, elle n'avait donc plus aucun soucis à se faire. Enfin, elle n'en aurait plus jamais à se faire, puisque Kisaragi n'était plus, et que son sceau était définitivement levé. Elle pensait à cela en se relevant d'un cadavre. Oui, elle allait enfin être un vampire digne de ce nom, et tout le monde la craindrait très vite. Ils allaient voir... Elle avait été trop clémente avec les humains, les monstres, et les êtres vivants en général. Pour les protéger, Kisaragi avait donné sa vie, et eux n'avaient aucune idée de ce qu'il s'était passé. Ils continuaient à se battre entre eux, pour tenter de survivre. Et lorsqu'ils apercevaient Sonya, leurs pensées étaient très déplacées. Comme si leur vie ne leur importait pas. Quel gâchis... Ils allaient tous périr, et leurs derniers sentiments seraient la peur, l'angoisse et la souffrance. Un sourire malsain s'étirait sur son visage. Tous, ils allaient tous périr.

Ses massacres la ramenèrent auprès du corps de Maya. Bah, elle était morte,i l n'y avait aucun intérêt à la boire. Et pourtant... Elle dégageait une puissante odeur. Un genre de rose, mélangé à d'autres fleurs. Jamais elle n'aurait soupçonné que la directrice d'Osaka puisse avoir une telle odeur. A chaque fois qu'elles s'étaient trouvées dans la même pièce, elle avait été contrainte de ne pas respirer, ou une autre odeur avait couvert celle de Maya. Elle se sentait soudainement attirée par cette odeur. Étrange qu'un cadavre en ait encore une, mais qu'importait, elle ne s'arrêtait pas sur ce genre de détails. Pas maintenant, pas dans ces conditions.

Elle se pencha sur le corps de Maya. Même morte, elle avait quelque chose de beau. Si elle était encore en vie, elle aurait eu plus de plaisir à la vider de son sang, car elle ne l'avait jamais vraiment beaucoup appréciée. Sans problèmes, elle planta ses crocs dans la gorge de Maya. Aussitôt, elle sentit le sang affluer dans sa gorge et en apaiser le feu. L'effet que le sang de Maya fit à Sonya la perturba. C'était... Un puissant sentiment d'extase s'immisça en elle. Même si elle avait voulu s'arrêter, elle en aurait été incapable. Depuis longtemps, elle n'avait pas ressenti cela. Une drogue n'aurait pas eu autant d'effet sur un drogué. Elle buvait sans retenues, et le sang gouttait même de ses lèvres. Cette sensation effaçait toute la douleur de la journée. La perte de Kisaragi n'était rien en comparaison. Elle se laissa entrainer par la puissance du sang de Maya, et ne se releva que lorsqu'elle eut avalé la dernière goutte.

Essuyant ses lèvres d'un revers de la main, elle repartit sans plus de cérémonie. Il restait encore tellement de gens pleins de sang, qui ne demandaient rien d'autre que l'offrir à la jeune vampire... Elle sourit à cette idée, et se fraya un chemin à travers les corps vides qui jonchaient le sol.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Fox
Disciple mystique
avatar

Messages : 56

MessageSujet: Re: Destruction   Mar 20 Juil - 0:53

Mourir, ils devraient tous mourir ! Je me suis jeté éperdument dans la bataille, arme de poing à la main. J'étais simplement dans ma chambre quand un vacarme c'est fait entendre, suivit d'un amas de cris. Sans réfléchir, j'ai attraper mon Arakaï (Note : un Arakaï est une épée à une main utiliser dans l'art de combat Yu-Meï donc le mien ^^.)

J'ai à peine traverser ma porte qu'une harpie c'est jeter sur moi. Le réflex a été immédiat. L'Arakaï a traversé le cou de la créature comme un couteau tranchant traverse du beurre. J'ai couru le long du couloir pour arriver à une sorte de balcon. En bas, un massacre se produis et en haut un dragon survole le terrain de bataille. Je sentis mon iris se resserrer, preuve que je j'utilisais mon pouvoir de vision. Il y avait deux homme sur le dragon, le premier était l'homme qui était entré dans la guilde il y a peine deux heures et le second était Len, le fils de Maya. J'ai traversé le bâtiment à une vitesse époustouflante jusqu'au bureau du directeur qui se situait dans la plus haute tour de la guilde. Dans mon lan j'ai traversé la vitre et, sans réfléchir ni faire quoi que ce soit, j'ai commencé à planer. L'essence du Vent me portait comme je lui demandais. J'ai foncé pointe en avant sur le dragon, ma lame ne rentra pas plus d'un demie centimètre dans celui-ci mais il vira un peu dans ma direction. Je ne pus attraper qui que ce soit mais tout ce qui était sûr c'est que je tombais. Je tombais dans le vide avant de m'écraser sans trop de casse sur un toit de maison.

Le champ de bataille était sanglant. Je n'avais jamais vraiment tuer quelqu'un, et ma première victime fut l'un des membre de mon ancienne équipe de 5ème année. Le corps de Will pendait de l'autre côté de ma lame.

-Pourquoi ? Pourquoi avoir fait ça ? ai-je sangloter.

Et une voix qui n'avait rien d'humain, une voix qui n'appartenait pas à Will, me répondit.

-Pauvre Humain....

J'ai retiré ma lame dans un suintement ignoble. Ma vue se troubla, se voilà de rouge, ma pression artérielle grimpa en flèche, j'avais l'impression que mon cœur et que mon cerveau ne faisait qu'un. Je me suis retrouvé comme spectateur du carnage qui ce passait. Je me voyais transperçant des dizaines de créatures plus ou moins humanoïde, je me voyais trancher tête et membres de personnes que j'aivais déjà rencontrer, que j'avais déjà protéger, à qui j'avais déjà parler. Je me revoyais exécuter des bottes connu que de certaines personnes, je sentais chaque mouvement que je faisais mais je ne contrôlais plus rien.

Puis une fois devant les portes de la guilde, j'ai baissé les bras et effectua une série de geste avec ceux-ci. Le rituel fini, je contracta mes bras si fort que les veines éclatèrent formant presque instantanément des bleu noir. Je me mis à pleurer des larmes de sang et au bout de trois vrais secondes, j'ai pointé de mes deux index, l'amas d'ennemis qui était en face de moi.

-Walkiries, ATTAQUEZ !

Et d'énormes lames de vent allèrent transpercer les hordes de montres, et puis je me suis relâché, les dernière vagues me portèrent jusqu'à ma cible. Rynn était comme sonné, j'abattis mon épée sur son épaule espérant le toucher, sinon je ne n'aurais pas servit à grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmodée Zelgius
Fondateur de TB
avatar

Messages : 265
Origine : Paris
Amour : Zéro, plutôt amitié :-)
Age : Euh... 30 ?

MessageSujet: Re: Destruction   Mer 21 Juil - 2:25

Zelgius se souvenait à présent d'un rituel de magie noire qui se trouvait dissimulé dans les sous-sols de la guilde. Un rituel d'une terrible puissance qu'il avait adapté à la cité, et qui avait autrefois servi à un mage noir pour causer beaucoup de tord à tous les êtres vivants de ce monde. Mais en reprenant ce sortilège et en le rendant plus terrible encore et plus précis il comptait bien débarrasser Tsirojas Balzen de la vermine qui s'y était installée. Il n'avait jamais eu l'occasion de s'en servir ni de le tester, mais il savait que son sort réussirait. Ce sort de magie noire était destiné à expulser les envahisseurs . Que ce soit en éliminant les monstres les plus faibles en les annihilant tout simplement ou en repoussant les plus puissants à des lieues de la cité. Une force répulsive qui ne s'éteignait qu'après avoir absorbé toute la psynergie de la victime. Le choix des victimes dépendait de l'incantation prononcée.

Zelgius se rendit dans sa suite aussitôt après avoir quitté Rynn, qu'il avait laissé surpris par la soudaine ressource de son frère haï. Mais pire encore l'attendait en restant sur le territoire que chérissait Zelgius. Le mystique redécouvrit la pièce cachée après avoir déplacé une marche de l'un des escaliers menant au refuge sous le bâtiment. Une porte massive, qui demanda à Zelgius un certain effort pour être ouverte puis refermée, l'empêcherait plus tard de quitter cette salle trop aisément. La pièce était une cube parfait, avec des murs faits d'un matériau proche du diamant et qui brillait sans avoir besoin de lumière provenant d'ailleurs. Pourtant, elle n'avait rien d'attirant car en présence d'un peu de psynergie émanant d'un mystique, le piédestal en graphène qui renfermait le rituel envoyait un nuage noir sans consistance capable de faire pleurer un bourreau en stimulant son émotivité et suffisait parfois à ôter toute envie de pratiquer la magie noire à des mystiques un peu trop curieux. Zelgius s'avança d'un pas résolu vers cet autel qui assombrissait déjà la salle de rituel malgré la lumière des murs, du sol et du plafond. Il posa ses mains sur les pans recouvrant le coeur du sortilège à venir. Il tira dessus et amena délicatement ces 4 triangles à leur position ouverte. Sur les pans maintenant à découvert, y figuraient de nombreuses inscriptions dans sa langue natale. Il tira sur une poignée à l'intérieur de l'autel pour amener au même niveau une tablette noire marquée de nombreux symboles. Zelgius lut les mots marqués, ce qui eut pour effet de rassembler toute la substance noire à 20 centimètres de son ventre, prêts à accueillir les mains de l'utilisateur. Le récital terminé, il posa ses mains sur le brouillard noir qui s'enveloppa aussitôt autour de ses mains. L'incantation débuta dans la langue ancienne des hériars et visait les monstres envahissant la cité ainsi que Rynn Din. Les mystiques possédés ainsi que les quelques barbares humains devraient être gérés par ses quelques subordonnés et disciples.

Pendant ce temps, Rynn se relevait, complètement hagard et déboussolé après la technique de Zelgius, et ainsi il eut du mal à éviter le coup de James, et son bras fut tailladé de l'épaule au coude. Il cracha sa douleur avant d'entreprendre de se battre, alors qu'il chancelait encore et que sa vision et son ouïe lui jouaient encore des tours. Il déploya sa psynergie de force physique, et se battit maladroitement avec James, mais cela avait le don de l'empêcher de s'attaquer à autre chose. Il ne parvenait pas le moins du monde à le toucher, mais d'un autre côté, James non plus ne perçait pas sa carapace !

Chaque mot prononcé amenait la substance à envahir le corps de Zelgius, qui ressenti en cette fraction de seconde où le sortilège balaya la cité entièrement, toute la haine, la colère, la folie, de tous ces êtres qui brisaient Tsirojas Balzen. Et il subirait cet assaut mental tant que les réserves de psynergie des victimes ne seraient pas vidées. Des puissances noire sifflaient dans Tsirojas Balzen, comme des balles de fusil, et l'apparence que prenait cette force passa de la sphère noire à des lances plantées dans le coeur des victimes qui volaient tant que le sort avait effet. Le dernier à ressentir cette lance noire épuiser la psynergie et écraser le corps fut Rynn bien sûr, dont la haine ne ciblait qu'une seule personne dans ce cri qui l'emmenait loin de Tsirojas Balzen.

Zelgius s'effondra en se tenant la tête et en hurlant comme un damné. La folie de cette magie noire marquait son coeur et s'en prendrait à son corps également s'il n'y avait pas eu ces murs cristallins, qui absorbaient cette caractéristique là uniquement. Il se prenait de plein fouet ces sentiments brutaux et vils et hurlait, hurlait, frappait l'autel, se griffait le visage, et enfin il parvint à contenir sa rage, et toute la nuit il resta recroquevillé sur lui-même, dans un coin de la pièce, à murmurer dans un premier temps des paroles incompréhensibles, puis ne dit plus rien. Son coeur, sa nature, son histoire, permettaient à Zelgius de lutter contre cette horreur qui l'avait envahi. Cette magie noire aurait tué n'importe quel autre mystique, employé sur autant de créatures, et il ne devait sa survie qu'à sa nature d'hériar originel. Il resta dans cette position toute la nuit, avant de finir par s'endormir d'épuisement.

En se réveillant, il fit le point sur les derniers événements. Tout d'abord, il y eut cet entraînement avec Théo interrompu par l'arrivée de Kisaragi avec une lettre qui le mena par la suite à rencontrer Azael qui lui rendit ses souvenirs et sa forme d'antan. Il ferma les yeux pour se remémorer les moindres gestes, les mots qu'ils avaient échangés. Azael avait tout d'abord assuré à son frère qu'il serait franc avec lui et qu'il répondrait à ses questions, puis vint le reproche. Zelgius était trop proche des humains selon lui, êtres impurs et instables, et les raisons du sceau sur la mémoire du fondateur de TB découlaient de cette répugnance du genre humain. Malgré cela il était toujours en vie, car Azael tenait vraisemblablement à lui. Mais d'où venait cette haine alors ? Le frère ainé avoua qu'il leur avait fait confiance à une époque. Serait-ce d'une seule personne qu'il est question ?
*Voilà un détail bien intéressant. Azael serait-il moins différent des humains qu'il ne le pense ? Est-ce qu'il serait tombé amoureux ? Moi...*
Lui n'avait jamais rencontré l'amour et ne se sentait pas digne ou capable d'aimer, ou d'être aimé. Azael avait une certaine assurance, et il serait idiot d'imaginer qu'il se sente coupable à l'idée de rendre les hommes amoureux de lui. Mais Azael était-il capable d'aimer de cette sorte ?
*Après tout, il déborde d'affection pour moi dans le fond... Alors pourquoi pas? Et cette réaction excessive, ce ne serait pas étonnant si cela était du à une peine de coeur.*
Zelgius eut un rire froid et bref.
- Azael amoureux !? Ha ha ha... Je ne m'attendais pas à ça.

Il se ressaisit de cette hilarité glauque et soupira. Il leva ses bras devant lui, et ressentait encore une grande fatigue. La magie noire avait ôté toutes ses forces et il avait perdu tout contact avec sa psynergie d'invocation. Il ne se sentait plus capable de se déplacer d'un point à un autre instantanément comme il l'avait fait après avoir employé sa technique explosive contre Rynn. Perdrait-on l'usage de la dernière psynergie employée après l'utilisation de ce rituel ? Il se concentra pour essayer de déceler l'anomalie... Les tunnels et les portes, dans ce monde et menant à d'autres... Ah... Il les voyait ! Il fronça les sourcils, il voyait sa main s'approcher de ces portes, et les poignées se dérobaient lorsqu'il asseyait de les prendre. Quelle scène minable ! Digne d'un homme ivre qui voudrait faire un soufflet pour la première fois...
*Haha... Je suis juste fatigué on dirait.*

Zelgius serra les dents pour se lever sur ses jambes flageolantes, il resta adossé au mur de cristal quelques temps encore, avant de marcher, dos collé au mur, vers la sortie. Oh non... Une nouvelle épreuve se dressait devant lui ! La porte massive ! Il posa sa main gauche, puis la droite en se retournant face à celle ci, posa son pied gauche sur le mur, et tira, tira, tira avant de lâcher et tomber sur les fesses.
-Ah oui... Il faut tourner la poignée d'abord...
Il se releva un peu plus aisément que la dernière fois, et sans aide, s'approcha de la porte et tourna la poignée. Il inspira profondément, et tira en pivotant son corps sur la gauche. Il avait réussi à faire grincer la porte ! (Et créer un espace suffisant pour s'y faufiler par la même) Il prit la poignée de l'autre côté, et tira la porte pour sceller à nouveau l'accès à la pièce. Il sourit lorsqu'il parvint hors du couloir sous terre, et respira avidement cet air libre ! Il approcha d'une des larges tables rondes du rez de chaussée bondé de réfugiés, la grande majorité étant encore endormie, et se servit à boire dans la cuvette qui naquit dans la pierre blanche.
L'eau fraîche le revigora et lui redonna le sens des priorités. Il devait d'abord vérifier l'état du champ de bataille de la veille, trouver ses mystiques pour qu'ils puissent l'aider, puis organiser et supporter la recherche des survivants. Il marcha d'un pas rapide vers l'arche, et découvrit en contrebas de la guilde la cité encore présente sous l'épais nuage gris, cette fumée de suie, de cendres et de mort. La moitié de la ville était détruite. La brèche dans les remparts était ridicule à côté du désastre qui s'était produit à l'intérieur. Il activa son pouvoir de vision, imprimant cette image dans son esprit, puis inspecta l'espace détruit.
Pendant ce temps, le vieil homme qui s'occupait toujours de la barrière de la guilde s'approchait de Zelgius, un peu soulagé de le voir.
- Vous êtes à l'origine du sort de hier soir n'est-ce pas !?
Il ne répondit pas, car il était encore concentré sur l'inspection de la cité, et puis également parce que la réponse était déjà connue.
- J'ai dénombré près de 6500 réfugiés ici, monsieur. Après que James Fox nous ait confirmé que les dernières menaces avaient été éliminé, j'ai dépêché plusieurs hommes compter le nombre de survivants. Ils ne devraient plus tarder.
- Inutile, le nombre ne compte pas pour les victimes. Pour les gens qui ont perdu leur famille et leurs amis. répondit-il sèchement. Cette désolation lui avait ôté tout sourire et toute gaieté, du moins si c'est bien de ça qu'il avait fait preuve lors de sa rétrospective.
- Ou... Oui bien sûr… Je-J'ai également lancé les équipes de recherche. Ceux qui avaient commencé avant les secours sont maintenant protégés de la fumée et des brûlures.
- Bien. Qu'en est-il de mes mystiques ?
- Je ne sais pas monsieur... J'ai seulement aperçu James lorsque j'étais en bas... Et Roy Khan, ce sacripant, est disposé à nous aider.
- Réveillez les gens capables d'aider dans les recherches. A plus tard Goraac.

Zelgius, complètement ragaillardi par ce désir d'aider sa cité se mit à courir vers les débris. Il traversa la cité dont les rues étaient pleines de gens épuisés. Et plus il s'approchait des pierres chaudes, moins il y voyait de gens assoupis mais plutôt des gens soignant les survivants, et un mouvement incessant entre ces infirmeries improvisées et les lieux sinistrés où Zelgius se rendait. Des sanglots, des pleurs, des cris, un désespoir qui duraient depuis la bataille, avaient cédé à l'inquiétude et au soulagement des gens dans la guilde et autour. Il conseilla quelques hommes et femmes, parvenant parfois à se faire obéir, cédant sans insistance à ceux qui le regardaient avec mépris.

- Monsieur Asmodée ! Monsieur Asmodée !

Zelgius se tourna vers le jeune homme qui l'avait interpelé.
- Je pense que vous devriez aller voir dans cette direction, on n'ose pas l'approcher...
Il haussa un sourcil, avant d'avancer le cou dans la direction que pointait le garçon.
- Je vais aller voir de ce pas.

Ainsi il marcha rapidement vers le lieu indiqué. Il découvrit une silhouette connue entre des cadavres de toutes races. Ou plus précisément, il reconnut Sonya à ses cheveux qui flottaient à peine sous le vent chargé de tristesse. Elle pleurait l'homme qu'elle serrait contre elle, cet homme qui était dans ses bras et qui avait retrouvé sa véritable apparence, celle de son sang. Zelgius eut un haut le coeur en le reconnaissant. Il s'approcha du couple, enjambant un monstre broyé. Ses sanglots avaient quelque chose qui vous glaçait le sang, et ses larmes paraissaient pourtant si pures, tombant sur le visage de son bien-aimé.
- Kisaragi...
Il se retint -ne serait-ce que- de penser que c'était sa faute. Que Kisaragi était mort en endossant le rôle de la main gauche de Tan le primordial, dès le premier instant où il avait accepté de se battre pour Zelgius. Kisaragi avait donné sa vie à Zelgius, et Zelgius l'avait négligée. Non, c'était le choix de l'elfe, et il était mort avant de désirer un changement de vie. Etait-il mort sans regrets alors ? L'hériar le souhaitait.
En s'approchant de Sonya il remarqua l'absence de son rosaire sur son cou, et le retrouva dans les mains de Kisaragi.
- Son véritable nom était Elragast Eldacar. Il est mort à l'âge de 45 ans.
*Ou plutôt à 24 ans lorsqu'on me l'a envoyé...*
Zelgius s'assit près de Sonya, sans toutefois entrer dans son champ de vision.
- C'était un noble de Tesdion qu'on m'envoya pour que je corrige ses mauvaises manières. Il était véritablement incontrôlable, plus jeune. Il a fallu qu'un dragon blanc le blesse mortellement il y a 5 ans pour qu'il s'assagisse pour de bon...
Il baissa les yeux sur le visage blême de Kisaragi. Il ne pouvait penser à quelqu'un d'autre en ce moment que lui.

_________________
Je suis un gentil Admin voyons, n'ai pas peur Invité... Il n'y a pas de raison... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theleme.forumactif.com
Sonya Auriel/Isil Abrahel
+Vampire+
avatar

Messages : 124
Origine : Montagnes Yahmas / Inconnu
Amour : - / -
Age : 21 ans / 32 ans ?

MessageSujet: Re: Destruction   Mer 21 Juil - 16:16

    "Et ils osent appeler ça du sang... Pourquoi se battre pour garder en soi quelque chose d'aussi mauvais? Ridicule..."

    Un énième cadavre tombe sur le sol. Quelque part dans la ville, Sonya pleure son amour perdu, à sa manière. Après avoir charmé les hommes qu'elle a croisé, elle les as tous tués, avant qu'ils ne puissent assouvir leurs fantasmes avec elle. Elle essaye, par tous les moyens, de se distraire, d'oublier qu'il n'est plus de ce monde. Rien n'y fait. Elle retourne donc auprès de lui, dans une chambre éventrée dans laquelle il a été déplacé.

    Deux ou trois infirmiers se sont approchés, et ont fait mine de l'éloigner du corps de l'elfe. Ils n'auraient pas du. Ils gisent au sol, sans qu'une seule goutte de sang ne leur reste dans les veines. Elle refuse de le laisser, de s'éloigner. Encore un mystique s'approche. Sans odeur, sans rien. Zelgius. Elle ne tente rien contre lui, parce que cela reviendrait à se suicider. De plus, il est affaiblit par le rituel de la veille qui a sauvé ce qu'il reste de la ville, il doit être respecté plus que jamais. Sans cesse de pleurer, elle écoute vaguement ce qu'il a à dire. Elle le laisse s'asseoir et terminer avant de répondre.

    "Je savais... Je savais depuis le début... Depuis la première fois...

    Oh oui elle savait. Dès la première fois qu'ils s'étaient donnés l'un à l'autre. Être télépathe peut être un véritable avantage lorsque l'on a pas confiance en quelqu'un. Elle n'avait pas cherché à savoir, mais dans un tel moment d'émotion, son corps de vampire avait été incontrôlable, et sa psynergie s'était activée sans qu'elle le veuille. Alors, elle avait tout vu dans l'esprit de l'elfe. Elle s'était obligée de ne rien dire, avait gardé ce qu'elle savait pour elle, parce qu'il ne voulait pas en parler. Mais elle savait.

    "Je l'aimais, je l'aime. Il a été le premier à savoir, à m'accepter ainsi. Comment... Comment pourrais-je vivre sans lui? Ce vide... Comment le combler? Rien de tout ce que j'ai pu faire ne change rien. J'ai mal... Physiquement, mentalement. J'ai tout perdu cette nuit. Il était une partie de moi... C'est comme si on m'avait enlevé la vie une deuxième fois..."

    Sa transformation avait été tout aussi douloureuse. Ce jour là elle avait perdu sa vie humaine, et la veille elle avait perdu sa vie sentimentale. Non...

    "...C'est encore pire..."

    Alors elle se laissa aller. Relâchant pour la première fois son emprise sur le corps d'Elragast, elle pris appui sur l'épaule de Zelgius, et son corps fut secoué de tremblements monumentaux. Un océan de larmes déferlait sur son visage neigeux, alors qu'elle tremblait de la tête aux pieds. Elle ignorait qu'elle en était encore capable, et la pose prolongée du sceau avait sans doutes permis cela. Mais plus rien ne comptait, car il n'était plus, et elle n'avait plus aucune raison de vivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmodée Zelgius
Fondateur de TB
avatar

Messages : 265
Origine : Paris
Amour : Zéro, plutôt amitié :-)
Age : Euh... 30 ?

MessageSujet: Re: Destruction   Jeu 22 Juil - 17:15

"Je savais... Je savais depuis le début...
Depuis la première fois..."
Zelgius jeta un regard en biais en ressentant malgré lui les fortes émotions de Sonya, cette tristesse l'envahissait également au travers de ce lien télépathe qu'il ne pouvait éviter. Il n'essaya pas.
"Je l'aimais, je l'aime. Il a été le premier à
savoir, à m'accepter ainsi. Comment... Comment pourrais-je vivre sans
lui? Ce vide... Comment le combler? Rien de tout ce que j'ai pu faire ne
change rien. J'ai mal... Physiquement, mentalement. J'ai tout perdu
cette nuit. Il était une partie de moi... C'est comme si on m'avait
enlevé la vie une deuxième fois..."
Il écouta pourtant toutes ses larmes couler sur ses joues, tomber sur l'elfe. Il observa les moindres contractions de ses muscles, répondant à la mélodie du désespoir. Un requiem qu'il sentait dans l'air autour d'eux. Cet instant de perception, aussi bref qu'un passage dans le monde des vivants.
"...C'est encore pire..."
Le torrent de l'accablée se déversa sur lui, et Zelgius s'approcha en un clin d'oeil, déplacé par son instinct uniquement. Il passa ses deux bras autour de Sonya et la tint dans ses bras, lui offrant sa chaleur et sa protection, ses excuses et son expérience de la mort. Il passait ses mains sur son visage, séchant ses larmes de sa main à mesure qu'elles se déversaient, dans ce flot continu et interminable. Elles passaient plus tard dans ses cheveux pour tenir son crâne contre lui.
Il lui murmurait des paroles douces, même s'il savait que cela ne diminuait en rien la peine de Sonya. Mais elle devait savoir que Zelgius la protègerait infailliblement. Il l'avait prouvé d'une manière bien pitoyable jusque là, mais à présent qu'il avait recouvré ses pouvoirs, avec un peu de remise en forme et d'entrainement, il ne faillirait plus jamais de la sorte.
Il offrit à Sonya grâce à sa télépathie des images que Kisaragi lui avait transmis. Les deux mondes qu'il aimait, et ce doux fond, comme un encens dans son esprit, qui calme et apaise.
"Sonya... Ce n'est pas la dernière souffrance de ta vie. Pourtant, elle continue que tu le veuilles ou non, et heureusement. Je sais que mes discours sur l'espoir et le bonheur ne seront pas d'une grande utilité pour le moment... Mais n'oublie pas qui tu es, ne te perds pas parce que Kisaragi est mort."
Il recula, et baissa la tête. Il regardait le visage de Kisaragi. Ses yeux filèrent petite à petit le long de son corps. Il y découvrit un collier dans la poche de son vêtement. Il serra le poing, l'enfonçant lentement dans le sol. Il inspira longuement, et souffla un air brulant par les narines. Ainsi, Kisaragi, et sa fille adoptive étaient morts. Il prit le collier, et amena son pouce sous le menton de Sonya. Il tourna sa main, son index souleva légèrement le visage de la vampire. En créant ce contact visuel, il amena la chaine en or, ornée d'un petit pendentif représentant un papillon aux ailes déployées sur le poignet de Sonya après avoir formé un huit avec la chaine qu'il avait plié.
"Tu ne porteras plus jamais de colliers."
Étrangement, Zelgius affichait un très léger sourire malgré le regard triste et fier qu'il portait à Sonya. Quelle étrange réaction... Les larmes attendraient !
"Dis-moi. Sais-tu ce qu'il s'est passé avec les autres mystiques ? Dis-moi tout Sonya."

_________________
Je suis un gentil Admin voyons, n'ai pas peur Invité... Il n'y a pas de raison... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theleme.forumactif.com
Sonya Auriel/Isil Abrahel
+Vampire+
avatar

Messages : 124
Origine : Montagnes Yahmas / Inconnu
Amour : - / -
Age : 21 ans / 32 ans ?

MessageSujet: Re: Destruction   Jeu 22 Juil - 23:29

    Là, contre Zelgius, Sonya pleurait toutes les larmes de son corps.Elle sentait à peine les mains du directeur alors qu'elles essuyaient ses larmes ou la serraient contre le torse du mystique. Elle l'écouta, essayant d'y croire. Vivre en sachant qu'elle souffrira de nouveau, cela ne lui donnait pas tellement envie. Le flot infini de ses larmes s'était un peu calmé lorsqu'elle avait reçu les images de Zelgius. L'espace d'un infime instant, elle avait cru qu'il était là, devant elle, bien vivant, et qu'ils avaient encore de nombreuses années devant eux, ensemble et heureux. La douleur qu'elle avait ressentie de nouveau lorsque les visions s'étaient arrêtées lui indiquèrent qu'elle avait rêvé, et que le Kisaragi étendu sur ses genoux était le vrai, et qu'il n'était définitivement plus de ce monde.

    Sous la pression de la main de Zelgius, Sonya leva les yeux vers lui, et tout son visage avec.Le visage de l'hériar avait quelque chose d'apaisant. Le visage de la vampire se détendit un peu, et seuls ses yeux emplis de larmes témoignaient désormais de sa tristesse. Elle n'était pas prête à oublier la douleur, mais au moins, elle se sentait un peu plus prête à l'affronter et à vivre avec. Un tintement attira son attention, auprès de son poignet. Un bracelet doré venait d'y être accroché par Zelgius. Une chaine en or portait un pendentif. Un papillon aux ailes déployées. Un signe de liberté, de pureté, de bonheur. En reniflant un peu, elle sentit que l'odeur de Zelgius allait jusqu'à la poche de Kisaragi. Ainsi donc, c'était lui qui comptait lui offrir le bijou. Cette pensée la fit sourire. Cela aurait du faire un an depuis cette mission dans les montagnes Yahmas...

    Puis, comme pour la distraire, Zelgius revient sur les évènements récents. Les autres mystiques, que leur est-il arrivé? Elle se force à se souvenir, en vérifiant que Zelgius ne lira pas ses pensées. Qu'il voie les remparts s'effondrer, Kisaragi lui dire de venir avec lui, les premiers combats, cela ne la dérange pas. Mais s'il voit les monstres leur foncer dessus, Kisaragi se jeter sur elle pour la protéger et retirer le sceau avant de tomber, la folie qui s'est emparée d'elle, et les cadavres de mystiques innocents se masser devant elle, elle refuse. Elle se remémore touts les évènements de la soirée, ainsi que ceux de la matinée. Oui, son rapport sera complet. Elle ne peut empêcher sa voix de trembler lorsqu'elle parle, encore ravagée par le chagrin.

    "Les remparts nord sont tombés, et les ennemis sont nombreux. Kisa... Kisaragi et moi partons pour repousser l'attaque et aider les civils à fuir. Tout se passe bien, jusqu'à ce que des Shirlous arrivent en grand, très grand nombre. Nous les avons tous repoussés, mais j'étais épuisée. Alors, des mystiques envoutés sont venus. Ils m'ont prise pour cible et... Kisaragi s'est interposé. Il a encaissé l'attaque pour me protéger, et pour retirer le sceau. Puis il est tombé, devant moi. Le temps que je comprenne, j'ai senti le sceau se briser, et la rage m'a aveuglé. Je... Je les ait tués, tous... Tous...

    Sa voix tremblait énormément, elle avait du mal à la maintenir audible.

    -J'ai ramené Kisaragi ici. Ils ne devaient pas s'en prendre à lui. Puis, je l'ai sentie. Une soif incontrôlable. Les corps que j'avais vidés ne m'avaient pas suffit. J'ai retiré le collier, et suis partie. J'ai croisé beaucoup de monde cette nuit et... je les ait tous tués... ils n'étaient pas tous mes ennemis, mais c'était plus fort que moi, j'avais besoin de sang. Un besoin immense. Je me souviens avoir vu Maya par terre, mais ne pas l'avoir touchée. Il y avait Théo, alors que vous vous battiez avec Rynn Din. Je l'ai ramené ici lui aussi. Il s'est réveillé un moment, mais... non, je ne lui ait rien fait à lui, je l'ai simplement endormi avec la télépathie.

    L'idée qu'elle aurait pu blesser Théo aurait du la traumatiser. Mais ce n'était qu'un élément parmi tant d'autres, qui n'avait pas son importance pour le moment.

    -Je suis sortie de nouveau. J'avais toujours autant soif. Pourtant, j'avais déjà énormément bu, je crois que le chagrin m'a déréglée. Je deviens folle je crois... Je ne sais pas comment, je me suis retrouvée auprès de Maya, alors que je chassait encore. Elle avait une odeur, elle devait être encore en vie. Son odeur m'a attirée. Vous n'étiez plus là il me semble. Alors je me suis approchée, curieuse. Elle avait le crâne ouvert. Une légère coupure au dessus de l'arcade sourcilière. Alors ça a été plus fort que moi et... j'ai bu tout son sang. Etait-elle humaine? Je n'avais jamais rien connu de semblable. Je ne comprends pas pourquoi, mais elle m'a rassasié. Enfin, je n'avais plus soif de sang.

    Un autre type de faim s'était emparé d'elle.

    -Je me demande s'il est possible que le caractère d'une personne se transmette par son sang. Je ne me souviens pas comment, mais je me suis retrouvée entourée d'hommes. Beaux, tous. Visiblement, je les avait charmés et déshabillés. Je ne crois pas avoir consommé, car j'étais moi même habillée. Une vieille habitude... Et puis, je suis revenue ici. Les deux infirmiers...

    Elle désigna les deux cadavres frais devant elle.

    -Je suis désolée pour eux. Je ne voulais pas m'éloigner. Je veux rester ici, avec lui. Je dois rester ici. Je ne dois pas le laisser... Il faut que je reste...

    Elle est de nouveau dans les bras de Zelgius, pour y trouver du réconfort. Les larmes silencieuses qui coulent le long de son visage perlent sur son menton avant de disparaitre sur le pull du directeur. Elle se sent en sécurité ici, et en restant près de Kisaragi elle empêche quiconque de souiller sa dépouille. Une petite voix en elle lui signale que ce n'est pas la bonne chose à faire. Que tôt ou tard, il faudra enterrer l'elfe, et qu'elle se sépare de lui à jamais. Elle chasse cette voix en jouant machinalement avec le collier qui est enroulé autour de son poignet. Non, elle a encore le temps, elle peut encore rester avec lui. Zelgius comprendra.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmodée Zelgius
Fondateur de TB
avatar

Messages : 265
Origine : Paris
Amour : Zéro, plutôt amitié :-)
Age : Euh... 30 ?

MessageSujet: Re: Destruction   Jeu 5 Aoû - 20:20

Il la tint dans ses bras, tout en réfléchissant aux mots de Sonya. Ainsi, cette attaque comptait Maya Natsume comme autre victime... Et son sang, aurait des caractéristiques particulières ? En y accordant une plus grande importance il conclut qu'elle était hériar, que la mémoire de son âme avait détruit son corps lorsqu'un autre hériar, Rynn en l'occurrence, avait éveillé ces souvenirs cachés. Cette hypothèse était la bonne se dit-il, comment expliquer sinon son talent pour les invocations ? Et ces corps fragiles pour contenir les âmes de hériar, c'était une histoire déjà connue.
Qu'en est-il des souvenirs de Maya qu'elle a obtenu alors ? En mordant Maya alors que son âme quittait son corps, aurait-elle absorbé une partie de celle-ci ? Est-ce que... Sonya pourrait devenir hériar aujourd'hui ? Il vérifierait lorsque Kisaragi serait enterré, ou plutôt lorsqu'elle en aurait fait le deuil, si cela était possible.

L'assaut de Tsirojas Balzen, orchestré par Azael Maldir et Rynn Din, est la déclaration de ces êtres qui méprisent la race humaine. Pour les hommes, c'est leur survie qui est en jeu.
"Praesidium clamoris"

_________________
Je suis un gentil Admin voyons, n'ai pas peur Invité... Il n'y a pas de raison... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theleme.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Destruction   

Revenir en haut Aller en bas
 
Destruction
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» U.S. dollar destruction
» Le devenir des orcs après la destruction de l'Anneau.
» [Réservé] Destruction massive !!! [Rang S]
» Destruction Fatale [ pv ]
» Destruction d'un ensemble de documents au service d’immigration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TB - Thélème :: Tsirojas Balzen :: Remparts-
Sauter vers: